Revue de presse Handicap et inclusion Handicap et inclusion, édition du 14 juin 2024

Consultez nos articles en lien avec le handicap et l'inclusion avec des thèmes comme le sport, l'éducation ou l'autisme. À lire : «La rampe pour fauteuil roulant qu’on monte sans outils», «Sophie Prégent s’ouvre avec émotion et vulnérabilité sur son rôle de mère» ou «Des organismes font la promotion de la bientraitance envers les aînés». Bonne lecture!

Revue de presse Handicap et inclusion Handicap et inclusion, édition du 24 mai 2024

Consultez nos articles en lien avec le handicap et l'inclusion avec des thèmes comme le sport, l'éducation ou l'autisme. À lire : «Leader mondial des solutions d’accessibilité», «Le rêve paralympique après 12 ans d’espoir» ou «Surplus d’élèves: un 4e changement d’école imposé à un élève autiste». Bonne lecture!

Revue de presse Handicap et inclusion Handicap et inclusion, édition du 17 mai 2024

Consultez nos articles en lien avec le handicap et l'inclusion avec des thèmes comme le sport, l'éducation ou l'autisme. À lire : «Priscilla Gagné – Combattre la peur, inspirer la confiance», «Un plan méconnu des enfants»-opinion ou «Rééducation réussie : une histoire inspirante. Témoignage de Gérard-Marie Vuillemin». Bonne lecture!

L'insolence du quotidien / Rares : la loterie génétique Financement et avenir

La recherche liée aux maladies rares – qui sont mal comprises et peu communes – reçoit moins de financement que celle visant à guérir d'autres maladies plus répandues, mais parfois plus anodines, comme la calvitie. Quel est l'intérêt d'investir des sommes gigantesques pour éradiquer une maladie qui ne touche qu'un infime pourcentage de l'humanité? Kéven Breton explore des pistes de solution.

L'insolence du quotidien / Rares : la loterie génétique Les communautés autochtones

Les territoires autochtones répartis à travers le Québec sont tristement connus pour être des foyers de maladies rares. On note une prévalence élevée de deux maladies infantiles, la leucoencéphalopathie et l'encéphalite crie, dont les noms autochtones pourraient être traduits par « maladie infantile ». La maladie de Huntington, qui se traduit par une dégénérescence neurologique, se manifeste également plus souvent dans les communautés autochtones. Ne pouvant être guéries, ce sont des maladies foudroyantes.

L'insolence du quotidien / Rares : la loterie génétique L’errance diagnostique

La maladie de Kéven Breton a été diagnostiquée assez rapidement. Dès sa naissance, ses traits physiques laissaient peu de doute sur sa condition. Pour d'autres personnes, obtenir un diagnostic peut être très long. Gail Ouellet, fondatrice du Regroupement québécois des maladies orphelines, indique qu'il faut attendre en moyenne entre 7 et 8 ans avant d'obtenir le diagnostic d'une maladie rare. Et celui-ci n'arrive parfois jamais.

Faire un don

Avec votre soutien Vues et Voix informe et rend la lecture accessible aux personnes avec une limitation visuelle, motrice ou d’apprentissage

Donnez pour l'Opération #JelisAutrement

Devenir bénévole

Envie d’offrir de votre temps?

Devenez bénévole pour Vues et Voix

Panel

Faites entendre votre voix!

Inscrivez-vous votre opinion